PICH17 - Walaychu + Étui offerte

Fabriqué en Bolivie

Le walaychu ou "hualaycho", est le plus petit membre de la famille des charangos. Comme le charango, c'est un instrument de musique typiquement b...

Plus de détails

Plus de détails

279,00 €

-0%

- +

Ajouter à ma liste d'envies

Notes et avis clients

(3/5)
1 note(s) - 1 avis

Voir répartition
Lire avis Noter / écrire un commentaire
 
En savoir plus

Le walaychu ou "hualaycho", est le plus petit membre de la famille des charangos. Comme le charango, c'est un instrument de musique typiquement bolivien originaire de la ville de Potosi: suite à l'arrivée des espagnols en Amérique, les indigènes s'inspirèrent de la guitare pour créer ce petit instrument. 

Le walaychu est une petite guitare à dix cordes métalliques caractérisée par un ton aigu mesurant 50 cm. contrairement au charango aui a un ton de base mesurant 60 cm, et au ronroco qui a un ton grave mesurant 75 cm.

Dimensions :

Hauteur
Largeur
62 cm 
15 cm 

Matériel :

Caja (fond): une seule pièce de bois d'oranger.

Cara (table d'harmonie): Pin Allemand.

Diapazón (manche): Ébène.

Boca (caisse): arrondie.

Corde vibrante (escala): 34

Cordes métalliques.

Étui souple en tissu d'aguayo inclu.

 
Livraison

Nous travaillons avec La Poste française (Colissimo), la poste Belge BPOST et Mondial Relay pour les livraisons en Point Relais.

Pour les livraisons en France, le délai de livraison est de 2 jours ouvrables (Colissimo).

Pour la majorité des autres pays, les délais de livraison varient de 2 à 8 jours ouvrables. 

Les frais de livraison sont au coût unique de 6.90 Euros. Les frais de livraison sont offerts pour toute commande d'un montant supérieur à 100 Euros.

Plus d'informations : cliquez ici

Par (PARIS, France) le 19 Mars 2017 (Walaychu + Étui offerte) :
(3/5

Pas tout à fait l'instrument attendu

Le walaycho que j’ai reçu ne correspond pas vraiment à celui que j’attendais. La photo présentée sur le site montre un instrument assez proche mais qui n’est pas celui qui est expédié. Celui de la photo du site est très probablement un charango fabriqué dans l’atelier du luthier Ignacio Suarez (on peut voir le bas de l’étiquette intérieure Cochabamba caractéristique et on reconnaît les pièces utilisées par ce luthier). Celui que j’ai reçu est fabriqué par Pedro Quispe Torrez. La caisse est un peu plus grande mais correspond aux mesures indiquées sur le site. Je ne veux pas et ne peux pas comparer les deux luthiers, mais j’aurais aimé recevoir exactement ce que j’ai commandé (surtout que mon premier charango est déjà un Quispe Torrez, j'aurais aimé découvrir un instrument d'un autre type fabrication). Une fois cette déception passée, même s’il présente quelques éléments qui laissent plus ou moins à désirer, il s’agit quand même d’un instrument de belle qualité, très bien construit sur une superbe pièce de bois de naranjillo. Le pont en ébène est plus large et plus plat que celui du walaycho de la photo. Le walaycho est expédié avec des cordes métal mais il peut recevoir des cordes nylon. Le diamètre des passages de cordes dans le pont le permet. La finition globale est soignée. Il s’agit d’un instrument juste (même s’il pose quelques problèmes d’accordage et de stabilité – pour des raisons que je vais préciser plus bas), d’une sonorité chaude et précise sans être très puissante. Il est très plaisant à jouer.

Maintenant pour ce qui cloche : la planche d’ébène qui est utilisée pour le diapason n’est pas de première qualité et présente quelques aspérités qui restent malgré tout sans conséquences. Le charango est arrivé avec une légère griffure/entaille sur le manche ; ce qui n’est pas très réjouissant lorsqu’il s’agit d’un instrument neuf. Mais le plus négatif, le vrai point noir. Ce qui n’est pas du tout à la hauteur de cette lutherie de qualité, ce sont les mécaniques qui sont d’une très très médiocre fabrication et il est indispensable d’envisager de les changer si on veut profiter pleinement d’un bon instrument (et trouver des mécaniques de remplacement aux bonnes dimensions n’est pas chose facile en Europe et se les faire expédier est assez coûteux…).

La housse en aguayo apparemment synthétique est jolie à l’extérieur mais rembourrée de mousse cousue dans une espèce de papier à l’intérieur. Un peu triste.

En conclusion, d’une part il serait plus correct que Caserita associe des photos et des descriptions plus justes et plus précises ou actualisées pour répondre sans équivoque aux demandes de ses clients. D ‘autre part sur l'instrument même, du très bon, du moyen et du très mauvais (les mécaniques) malheureusement cohabitent, ce qui motive cette note moyenne.

 Signaler un abus

Autres produits dans la même catégorie :